Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Réseaux sociaux + blogs = 17% du temps passé sur Internet

Publié le par Frédéric Montagnon


Une étude de Nielsen sur le mois d'aout 2009 rèvele que :

- 17% du temps passé sur Internet l'est sur les réseaux sociaux et les blogs,
- Le budget consacré à la pub sur ces supports à connu une croissance de 119% sur un an,
- les reseaux sociaux et des blogs réprésente 15% des investissements pub.

Toujours sur la même étude, on peut constater que ce sont les secteurs qui sont les plus touchés par la crise (tourisme, automobile entre autre) qui sur-investissent le plus sur ces supports alors qu'ils réduisent globalement leurs budgets. Auraient-ils plus de lucidités sur le véritable ROI de l'audience des blogs et réseaux sociaux? :-)

Partager cet article

Repost 0

L'idée d'une voiture électrique "propre" est elle réaliste?

Publié le par Frédéric Montagnon



Je me posais cette semaine la question suivante: qu'est ce qui devrait changer si tous les moteurs thermiques devaient devenir électriques demain, et est-ce tout simplement réaliste d'envisager le tout-électrique pour se rapprocher d'une emission de CO2 nulle et pour se passer des ressources fossiles? Je n'ai trouvé aucun article convaincant et documenté sur le sujet, j'ai donc cherché des chiffres pour me faire une idée. Je ne prétends pas remplacer la démonstration d'un spécialiste.


Quelle quantité d'énergie est consommée par les moteurs thermique?

La consommation de carburant en France pour une année est de:
9,1 Mt de super soit 12,13*10^6m3 ou encore 12,13*10^9L
32,5Mt de gazole soit 38,23*10^6m3 ou encore 38,23*10^9L
avec une masse volumique de l'essence de 0,750t/m3 et 0,850t/m3 pour le gazole.


1L de super ou de gazole libère environ 10kWh. La totalité de l'énergie libérée par les carburants en France est donc de 12,13*10^10kWh + 38,23*10^10kWh = 50*10^10kWh.


Quel équivalent pour des moteurs électriques?

La question qui se pose est celle du rendement des moteurs. Les constructeurs de moteurs thermiques affichent des rendements "du réservoir à la roue" inférieurs à 40% (on peut facilement imaginer que la réalité est très loin de cette valeur en conduite réelle), contre plus de 85% "de la batterie à la roue" pour les moteurs électrique. Dans le cas de la voiture électrique, il y a cependant des pertes au niveau de la batterie qui sont rarement prises en compte dans les articles sur le sujet. Il faudrait aussi prendre en compte la charge de la batterie au freinage (c'est le principe des systèmes hybrides) qui augmente encore le rendement total. Enfin, il faudrait diminuer les chiffres de rendement pour le thermique dans la mesure ou le transport du carburant est lui même très consommateur d'énergie.

Je ne vais pas plus loin, mais il me parait honnête de considérer que les moteurs électrique ont un rendement 3 fois meilleur que les thermiques. Si nous n'avions que des moteurs electriques, il faudrait donc trouver chaque année quelque chose comme 17*10^10kWh d'électricité pour que tout le monde puisse rouler électrique


Qu'est ce que cela représente en France?

A titre de comparaison, la consommation électrique en France est actuellement de 478 TWh soit 47,8*10^10kWh par an. Passer à l'électrique revient à augmenter cette consommation de 45%.

L'origine de la production électrique en France:
418,6 TWh nucléaires (76,2%)
63,4 TWh hydrauliques (12,4%)
58,4 TWh thermiques classiques (10,4%)
4,1 TWh éoliens et photovoltaïque (1%)


France Energie Eolienne avance que les 2350 éoliennes installées produisent 5 600 GWh soit 5,6*10^9kWh.

Il faudrait donc augmenter de 40% la production nucléaire, ou bien installer 30 fois le parc actuel d'éoliennes, soit 71 000 unités pour que tout le monde puisse rouler électrique.
J'aimerai bien avoir l'avis d'un expert sur la question: ça me parait à la fois ambitieux, mais finalement accessible...


Et à l'échelle du monde?

A l'echele du monde c'est un plus vicieux car les énergies fossiles sont très présentes dans la production d'électricité:
Charbon : 39%
Gaz naturel : 20%
Énergie hydraulique : 16%
Énergie nucléaire : 16%
Pétrole : 7%
Énergies renouvelables hors hydraulique : 2%



Conclusion

A l'échelle du monde, rouler en voiture électrique revient aujourd'hui à remplacer le pétrole par du charbon, du gaz et encore du pétrole avec tout de même un avantage: le transport de l'électricité est plus "propre" que le transport des hydrocarbures. On est loin de l'objectif initial. En France, la voiture électrique tient bien mieux sa promesse puisque 90% de notre production n'est pas thérmique.
Nous serions donc un des seuls pays à être prêt à rouler "propre" et à avoir des technologies de production d'électricité qui semblent pouvoir être déployées rapidement!? Ca laisse figurer un sacré avantage à la France dans ce secteur si nous savons l'exploiter!

Partager cet article

Repost 0

Les vieux ne veulent pas payer pour du contenu, les jeunes si!

Publié le par Frédéric Montagnon



Voilà qui va en surprendre plus d'un:
Harris interactive vient de publier un sondage réalisé auprès de 1164 anglais de 16 à 64 ans : "si votre site d'actualité favoris devenait payant, que feriez vous?". Résultat:

- 75% chercheraient un autre site, gratuit,
- 5% accepteraient de payer pour continuer à le consulter,
- 8% ne consulteraient que la partie gratuite,
- 12% ne savent pas.

Sur ce panel, 29% des gens interrogés ne consultent jamais de site d'information, et seuls 50% en consultent au moins une fois par semaine.

5%, c'est finalement pas si mal, je m'atendais à moins. Considérons que le résultat puisse s'appliquer à la France. Alors, sur 40M d'internautes il y a 2M clients potentiels, soit un marché annuel de 300M€ pour un abonnement mensuel de 5€. Pourquoi 5? C'est ce que j'estime être le minimum à facturer pour ce genre de service.
De l'autre coté, il y a la pub. L'ensemble des sites d'actualité représente moins d'1m de pages vues (données Nielsen). Même s'ils sont bien vendus, il est difficile d'imaginer que le chiffre d'affaire de tous les sites d'info réunis puisse dépasser 60M€ sur l'année. Rien à voir avec les 300M€ que j'estime plus haut. D'autant que vendre de la pub coute très cher. Enfin, Il y aurait 37 000 journalistes en france. J'imagine qu'ils représentent une masse salariale d'environ 1,2m€?

Dans ces conditions, un modèle de contenu payant sur Internet me semble avoir sa place et donne un sens économique à la presse en ligne. Bien sûr, il faut un très bon produit pour vendre, et une bonne culture web pour savoir comment le vendre. C'est certainement l'ADN Internet qui fait et fera défaut.

Mais le plus intéressant dans ce sondage est le comportement suivant l'age:

- 13% des 16-24 ans sont prêts à payer,
- 6% pour les 25-34 ans,
- 1% pour les 35-44 ans,
- 2% pour les 45-54,
- 1% pour les 55-64.

Tout est dit: les vieux sont radins, et ils ne nous aideront pas à construire les modèles de demain :-)

Partager cet article

Repost 0

Arretez ces subventions contre-productives!

Publié le par Frédéric Montagnon

La roue de l'infortune
C'est un jeu français: tu commences par payer des impots, puis tu perds du temps à jouer au jeu des subventions en espérant en récupérer un peu... et que tes concurents ne les obtiennent pas à ta place!


Avertissements


Pour commencer cet article, je veux dire que j'ai beaucoup d'admiration pour le travail et le dévouement de Nathalie Kosciusko-Morizet, aussi bien pour son travail de secrétaire d'État chargée de l'écologie hier, que pour son action aujourd'hui comme secrétaire d'État à la prospective et au développement de l'économie numérique. Cet article n'est pas dirigé contre elle, mais plutôt contre une mauvaise habitude française.

Récemment, NKM a débloqué un budget de subventions pour un appel à projets sur le "web 2.0" et sur le "serious gaming" dans le volet "numérique" du plan de relance. Bonne idée?


Une subvention n'est ni juste, ni efficace


Il existe en France un nombre incroyable de subventions. L'objectif du gouvernement au travers de cette restituation auprès de certaines sociétés est d'influencer les choix d'investissements des entreprises et de favoriser le développement d'activités sur dans des domaines qu'il juge prioritaires.
Dans le cadre du "plan de relance numérique" nous avons (Overblog) participé au montage d'un dossier sur un sujet passionnant: celui de la réputation en ligne. La préparation d'un tel dossier est coûteuse. Dans notre cas on parle d'1 mois homme de travail, le temps de se mettre d'accord, de formaliser, d'accoucher d'un plan business. Bien sur 1 mois homme peut paraitre négligeable pour beaucoup de sociétés, mais dans notre cas, c'est un investissement significatif.
Demander une subvention c'est un peu comme jouer au loto: on prend le pari de gagner en commencant par payer avec l'idée que ça rapportera peut être beaucoup. Vous ne savez jamais combien d'entreprises vont participer et combien seront financées. Un vrai coup de poker, ce n'est pas juste.

On ne dépense pas avec la même justesse l'argent que l'on gagne et l'argent qui est offert. On ne développe des modèles économiques ajustés que lorsque l'on met en jeu son travail. Une subvention ce n'est pas son travail, c'est celui des autres. Ce n'est donc pas non plus efficace.


Dans un même secteur, l'état n'a pas à intervenir auprès de certaines sociétés privées en laissant les autres de coté


Le gouvernement fait ensuite son choix. Quelle est sa compétence lorsqu'il s'agit de sélectionner des dossiers sur des sujets qui touchent à l'innovation? Et surtout, en quoi est ce légitime pour l'état de "miser" de l'argent public sur des entreprises qu'il sélectionne?
Je pense que nous n'avons pas besoin de ça dans une période difficile comme celle que nous traversons.


Il faut privilegier la fiscalité

Je suis convaincu que la fiscalité est le seul outil dont le gouvernement peut et doit se servir pour mettre en place sa politique d'une manière efficace. On veut des panneaux solaires? On offre un crédit d'impôt pour les financer. On veut des sociétés dans les banlieues des grandes villes? On met en place des zone de développement prioritaires où les charges sont réduites. On veut pousser les entreprises à embaucher des jeunes? On baisse les charges sur ces salaires. On veut que les entreprises fasse plus de R&D? On met en place un crédit d'impôt recherche. La fiscalité a le mérite d'être "juste" puisque toutes les entreprises sont censées  être traitées de la même manière. (Je mets un bémol car les entreprises suffisament grosses ont en général des privilèges que des TPE/PME n'auront jamais)
L'avantage de réduire la fiscalité lorsqu'on souhaite créer de la valeur et de l'emploi, c'est qu'il n'y a pas d'investissement d'argent public, pas de perte possible. Au plus un manque à gagner (impôts) qui en général se traduit logiquement par une baisse du chômage et par d'autres recettes fiscales.


Tant qu'elles existent, les entreprises doivent demander des subventions

Vous allez me demander pourquoi je fais ce genre de dossier si je trouve ça contre productif? Par ce que je n'ai pas le choix.
Lorsque vous dirigez une entreprise en France, vous êtes soumis à une imposition très forte. Vous devez chercher à optimiser vos coûts et tenter de compenser ce fardeau qui pèse face aux entreprises étrangères, et parfois même en France. Si votre concurrent direct obtient des subventions (beaucoup d'entreprises montent jusqu'à 50% de leur chiffre d'affaire), vous prenez le risque de ne pas être compétitif. Vous devez donc courir dans la même course, et là, le cercle vicieux se met en route. J'ai toujours l'impression de passer à coté des bonnes occasions, j'ai toujours l'impression de payer des impôts qui seront redistribués à mes concurrents. C'est un sentiment amer.


L'efficacité des subventions est elle démontrée?

Je ne peux pas croire que l'argent obtenu sous forme de subventions soit utilisé au mieux. J'aimerais trouver simplement les chiffres suivants: quel est le coût d'une opération de subvention par rapport à une simple regle d'aménagement de la fiscalité? Quelle est la valeur créée? Le nombre d'emplois pérennisés? Qui voudra bien me donner des statistiques de ce type sur des opérations menées il y a 10 ans?


Conclusion

Non l'état n'a pas à faire jouer les entreprises comme on joue au casino. L'état n'a pas à choisir des entreprises. L'état est la pour fixer un cadre juste et qui favorise la création de valeur.
S'il vous plait, arrêtez de taxer les salaires des gens qui innovent et qui savent utiliser l'argent bien mieux que ne le fait l'état pour créer des emplois dans la durée. Arrêtez de ponctionner ces mêmes entreprises pour arroser à l'aveugle d'autres entreprises sur des critères plus que contestables. Cette politique freine la croissance des petites entreprises qui ont un gros potentiel de croissance lorsque vous maintenez sous perfusion des sociétés dont les modèles sont dépassés.
Je vous choque? Allez... reflechissez.



PS: Je viens d'apprendre que notre projet n'a pas été retenu. Mais pas par une lettre ou par un mail. Je viens de le lire par hasard sur une page. Je suis déçu d'avoir perdu du temps, et déçu du manque de respect dans la communication. J'aimerais au moins savoir pourquoi nous n'avons pas été retenu?

Partager cet article

Repost 0