Fleur Pellerin va-t-elle encore rater une occasion de briller ? #FreeAdGate

Publié le par Frédéric Montagnon

Free aurait mis en place un système pour supprimer les pubs Google sur les pages que ses clients demandent. Je mets au conditionnel car je n'arrive pas à le constater chez moi. Cela dit, peu importe, notre ministre s'exprime sur cette affaire, et c'est sa réaction qui me choque le plus:

 

 

Je passe sur la double négation anglicisée qui ne facilite pas la compréhension. "Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément." écrivait il déjà à l'époque.

Madame la ministre, je suis choqué par votre déclaration !

 

Sur la "pub intrusive" dont vous êtes "peu fan"

D'abord vous n'avez pas, dans votre fonction, à vous prononcer sur ce qui est bon ou non en matière de publicité. Ce n'est simplement pas votre rôle, à moins que vous ne souhaitiez procéder à une nouvelle régulation ou la mise en place d'une nième taxe à ce sujet ? Pour votre information (mais vous devez le savoir, vous avez certainement écrit ça par démagogie ?), la "publicité  intrusive" finance l'accès de manière démocratique à des services et une base de savoir que jamais aucun état n'a été capable de mettre en place dans l'histoire. A un moment où le pouvoir d'achat est un de vos sujets de prédilection, vous devriez saluer le caractère vertueux de cette économie pour le plus grand nombre, plutôt que tomber dans les lieux communs.

Pour moi, la pub intrusive est celle qu'on m'impose au début d'une séance de cinéma pour laquelle j'ai payé deux fois (mon ticket et le financement du CNC via mes impots, entre autres). Sur le web, le marché va vers une contextualisation, un ciblage qui sont bien loin de ça. Les annonceurs, de plus en plus, créent de véritables contenus à forte valeur pour être visibles en ligne. Vous ne savez peut être pas combien d'emplois ces défits technologiques et cette mutation dans la communication ont créé dans le monde, et même en France ? Vous n'êtes pas "fan" de ces innovations du numérique ? Dommage pour une ministre qui en a la charge.

Les deux vrais sujets que pose cette histoire sont d'une part la pérennité des modèles économiques et la chaine de valeur sur le net, d'autre part la définition et le respect de la Neutralité du Net. On dépasse en réalité largement la problématique de la publicité que couperait Free.

 

 

Sur la chaine de valeur

On peut difficilement admettre qu'un FAI ait la liberté de modifier une chaine de valeur en dénaturant l'information qu'il véhicule, ne trouvez-vous pas ? Vous allez me dire que cette option peut être désactivée... mais combien comprendront ce que cela signifie ? Cette fois il s'agit de couper des publicités, mais pourquoi pas, prochainement les remplacer par d'autres, et en prendre le revenu ? Voyez-vous le lien que l'on peut faire avec le téléchargement illégal ? Free est en train de dire au marché, pour créer un avantage concurentiel: venez chez moi, ça sera gratuit et sans pub.

On peut aussi ralentir ou dégrader l'accès à certains services ou contenus pour les rendre inutilisables et privilégier certaines sociétés dans leur développement.

 

Sur la neutralité du net et les dérives à venir

Pour aller un peu plus loin, peut on accepter qu'un FAI modifie le contenu qu'un utilisateur demande ? Si on accepte qu'une publicité soit supprimée, c'est qu'on accepte que l'information demandée par un utilisateur soit modifiée. Techniquement, on peut modifier très simplement les résultats d'une recherche sur un moteur pour privilégier la création de trafic vers certains sites. On peut simplement censurer l'accès à certains contenus. Et encore plus tard modifier le contenu lui même ? On peut même imaginer qu'un jour, des FAI soient financés par des partis politiques qui voudraient manipuler l'information. Pourquoi pas ? Les pays totalitaires le font depuis toujours.

Pourquoi pas développer un filtre qui permettrait de remplacer tous les contenus qui parlent de politique par des vidéos humoristiques ? De quoi renonter le moral des français !

 

Sur la discussion que vous souhaitez organiser

Je ne vois pas de quelle manière vous voulez organiser une discussion avec "les éditeurs". Pensez-vous vraiment avoir voix au chapitre au milieu des entités concernées ? Et savez vous au moins qui sont "les éditeurs" les plus touchés ? Un indice: ce n'est pas la presse. Ce n'est pas dans vos attributions d'arbitrer des conflits économiques entre sociétés privées, me semble-t-il.

Quel sera votre message aux éditeurs: "Free ne respecte pas la neutralité du net et va détruire votre modèle de revenus, discutons en." ? Vous allez inventer une nieme subventions aux médias pour compenser la perte ?

 

Tout cela pour dire que la position que vous prenez au travers de votre "tweet", madame, est bien légère. Si vous souhaitez vous exprimer sur le sujet, vous devriez d'abord vous documenter (vos prédécesseurs ont déjà beaucoup travaillé là dessus), et surtout  elever le débat à un autre niveau. Ce qu'on attend de vous, c'est une prise de position ferme sur un tel sujet. Il n'y a pas un grand débat à faire. Ou bien vous passez sur ce sujet et vous prenez le prochain...

Une fois encore, c'est bien dommage et vous manquez une opportunité de briller et d'apporter une contribution créatrice de valeur pour l'économie dont vous avez, parait-il, la responsabilité.

 

PS: Je suis client Free, je trouve ce coup de com superbement mené et le débat qu'il amène du plus grand interêt, j'aime beaucoup ce que fait cette boite et j'aime la prendre comme exemple des très beaux succès français. Mais dans la mesure où ce domaine est régulé, j'attends du gouvernement qu'il fasse correctement son travail ou qu'il dérégule totalement. 

Commenter cet article

iara 21/03/2013 16:06

Effectivement Fleur Pellerin a abordé un sujet un peu sensible en (soutenant) l'action de Free et du bloquage de la pub par défaut.
C'est clair que d'un point de vue "expérience utilisateur", bloquer les pubs permet une navigation plus fluide mais en même temps comme la plupart des commentaires au dessus le disent, la pub est
un mal nécessaire pour faire fonctionner tous les services web qui nous sont indispensables.

noemie 15/03/2013 19:38

Comme vous le soulignez la pub permet de financer des services indispensables qui sont gratuit pour le consommateur. Donc évidement l'histoire de vouloir bloquer les pubs est contraignant
finalement pour l'internaute (comme vous le soulignez).

Serge Cheminade 05/01/2013 17:40

« D'abord vous n'avez pas, dans votre fonction, à vous prononcer sur ce qui est bon ou non en matière de publicité. Ce n'est simplement pas votre rôle, à moins que vous ne souhaitiez procéder à une
nouvelle régulation ou la mise en place d'une nième taxe à ce sujet ? »

Je crains qu’il s’agisse de faire accepter une taxe sur Google. J’essais donc de faire échouer la manœuvre avec mon texte « Xavier Niel patron de Freee un danger pour la démocratie?>> Il
débute ainsi :
Il est l'un des milliardaires français aidés avec notre argent pris par la force des impôts par le pouvoir politique de droite et de gauche. Il vient de lancer un système qui pourrait réduire
encore l'information des français. Et, immense scandale, nos impôts l'enrichissent!
La suite à http://www.orvinfait.fr/xavier_niel_patron_de_freee_un_danger_pour_la_democratie.html

edouard 05/01/2013 09:44

La réaction de la ministre me semble normale et saine, il ne fait pas oublier
que la pub parasite notre esprit de concepts consuméristes et le rend trouble au lieu de le rendre limpide, la pub nuit à l'évidence à notre évolution personnelle.

Frédéric Montagnon 05/01/2013 09:50

Je n'ai rien contre votre point de vue, mais les gares, les stations de métro, les chaînes de Tv publiques et les rues sont couvertes de publicités dont les recettes viennent alimenter les caisses de l'état. Si le sujet est la disparition de la pub au sens large, dans ce cas l'état pourrait commencer par ce qu'il maîtrise ?

julie de clim35 04/01/2013 19:17

je ne comprends pas la démarche de free elle gagne de l'argent grâce a internet nous aussi je parle des webmasters il faut nous laisser gagner notre pognon